Actualités

« Consommez français, téléchargez Starzik » Jérôme Giachino – Starzik

Entretien avec Jérôme Giachino, fondateur et président de Starzik, plateforme de téléchargement de musique, vidéo, logiciel, livres …

Pourquoi avoir choisi de lancer Starzik ?

J’étais dans un grand groupe américain dans le textile, c’est là que j’ai vu l’avènement de Napster aux Etats-Unis à l’aube des années 2000. A ce moment-là, j’ai compris que les biens culturels en général allaient se dématérialiser, à commencer par la musique. Comme ils ont souvent entre 3 à 5 ans d’avance sur nous, je me suis dit que c’était le moment pour monter ma société, une envie que j’avais depuis très longtemps.  Comme j’étais un passionné de la musique et que cette idée me paraissait absolument futuriste à l’époque, en tout cas pour l’Europe, je me suis dit qu’il était temps de monter une plateforme de téléchargement légal de musique en France sur  le même modèle que Napster.

Comment Starzik s’est-elle diversifiée vers d’autres contenus culturels ?

Nous sommes un des pionniers du téléchargement de musique en France. La société a été créée en 2004, il n’y avait pas encore iTunes et Virgin venait également d’arriver. On était vraiment aux prémices du téléchargement légal de musique. On est parti avec 8 000 titres à l’époque. Imaginez quelqu’un qui n’est pas forcément dans le milieu de la musique et qui n’est de surcroit pas parisien, on m’a pris un peu pour un extraterrestre. Mais avec de la volonté, on est arrivé à convaincre un certain nombre de producteurs qui sentaient aussi le vent tourner vers le numérique. On a augmenté sensiblement la cadence d’intégration parce que pour nous il était absolument indispensable d’avoir le maximum de contenus. En effet, vous avez généralement plusieurs personnes qui ont des goûts différents. Derrière la même famille vous allez en avoir qui vont aimer les Ogres de Barback et d’autres qui vont adorer Yannick Noah. Il fallait donc avoir l’exhaustivité du contenu.

Un autre cheval de bataille fut aussi le fait d’enlever les DRM qui protégeaient la musique et qui pour nous cultivaient le téléchargement illégal. On a été la première plateforme au tout début 2006 avec un agrégateur de contenus américain. On avait mis a disposition 350 000 titres sans DRM et on avait augmenté nos ventes de 15% à l’époque. Je me rappelle, ça a été vraiment le début d’histoire, parce que cette fois-ci on avait prouvé que libérer la musique de sa protection était plutôt positif. Et puis on avait un avantage concurrentiel qui est toujours le même sur la musique : chez nous vous pouvez télécharger pour le même prix plusieurs formats en fonction de votre appareil. Vous pouvez télécharger au format MP3, AAC ou FLAC.

On a eu de plus en plus de clients, de plus en plus de contenus et on s’est posé la question de l’ouverture de notre catalogue aux vidéos, aux clips, aux jeux. On a toujours eu un service support qui nous remontait toutes les espérances et les demandes des clients. C’est à ce moment-là qu’on a commencé à se diversifier et on a rajouté les vidéoclips, chose qui était plutôt naturelle, puis les vidéos documentaires. Aujourd’hui, on a 15 000 vidéoclips, documentaires et films sur la plateforme. Chaque année on a agrégé des contenus pour arriver aujourd’hui à être une plateforme où on peut télécharger tous les produits de divertissement. Dans la musique on a 15 millions de titres disponibles sur la plateforme, 12 000 documentaires, 15 000 jeux/logiciels, ½ million de livres numériques, et dernièrement, 8 000 BD.

Quelles sont les évolutions majeures de la nouvelle version ?

Jusque-là, Starzik était un site de vente classique. On a voulu lui donner  l’image d’une plateforme où on ne va pas simplement pour acheter de la musique, mais aussi pour avoir des fonctionnalités, une plus-value et de l’information. Le téléchargement devient finalement moins important. C’est vraiment la mutation d’un site purement e-commerce à un site de découverte de la musique.

Le nouveau site comporte trois évolutions majeures. La première évolution, c’est de trouver tous les produits de divertissement partout tout le temps. Si vous voulez, vous pouvez aller chez un ami et vous connecter sur votre compte Starzik et écouter votre musique depuis votre compte sans avoir à forcément amener votre appareil. Vous pourrez tout de même télécharger vos contenus si vous devez être déconnecté ou dans les transports communs. Ça c’est une vraie évolution, avant il fallait télécharger, maintenant que vous avez la possibilité d’accéder à tous vos produits culturels depuis votre compte.

La deuxième chose c’est qu’après 8 années d’expérience, nous avons eu beaucoup de clients qui étaient experts dans leur domaine, années 80, Motown, etc. Ils vont pouvoir faire des playlists, des booklists, des BDlists, des gamelists de sujets qu’ils aimeraient proposer à la communauté Starzik. Mais quel intérêt vous allez me dire de venir publier une playlist sur Starzik. Si cette playlist que vous avez publié est utilisée par les autres membres de la starzik, et qu’ils achètent des titres votre playlist, vous serez récompensé en points de fidélité Starzik que vous pourrez dépenser sur la plateforme.

La troisième évolution sera l’édition d’un magazine culturel qui sera disponible sur la plateforme. Il traitera des news, des portraits, des reportages sur tous les secteurs couverts par Starzik (la musique, le jeu, le logiciel, la BD et le livre). Le magazine traitera des sujets de fonds comme de forme, avec des news sur de formats AFP et des sujets de fonds avec une vraie réflexion et une vraie couleur éditoriale.

Un dernier mot à adresser aux internautes ?

Depuis 8 ans, Starzik se bat pour fournir les meilleurs produits qui soient dans le respect de tous. J’insiste sur le fait qu’on est une société française parce que c’est très important aujourd’hui d’être identifié comme tel. Quand on a le choix des plateformes pour télécharger le dernier album des Stones, je dis : consommez français, téléchargez Starzik.

-

Retrouvez Starzik sur offrelégale.fr

Accédez à Starzik


1 commentaire

Commentez !


3 × = douze