Actualités

« Notre plateforme s’appuie sur l’économie sociale et solidaire et reverse 85% des sommes à ses membres » Eric Petrotto – CD1D

Entretien avec Eric Petrotto, président de CD1D, Fédération de labels indépendants et également plateforme de téléchargement de musique.

logo CD1D

Pourquoi avoir crée une plateforme regroupant des labels indépendants ?

cd1d.com est le premier outil de la fédération CD1D et c’est dans cet ordre là que nous avons crée les choses.
Se préoccuper d’abord de regrouper les acteurs, une poignée dans un premier temps en 2004 et une fois les fondations solides, ouvrir à toutes les microstructures, les TPE et les artistes producteurs.
Les raisons de ce rassemblement étaient multiples mais essentiellement à cause d’un manque de représentation de nos réalités dans les structures existantes, d’un problème grandissant de diffusion et de distribution, d’un déplacement de la valeur faisant réduire dangereusement l’équilibre de notre écosystème et d’une grande ignorance du « marché » sur le fonctionnement de l’essentiel des structures émergentes, qui maintiennent un niveau de diversité musicale nécessaire dans un pays comme la France.
Nous nous sommes donc tout naturellement dotés d’un outil collectif, notre propre plateforme de vente, diffusion, distribution en s’appuyant sur l’économie sociale et solidaire et les circuits courts (du producteur à l’auditeur). En effet, 85% des sommes sont reversées à nos 250 membres.

Quel est le public de CD1D ?

Les curieux, les amoureux de la découverte musicale, les défenseurs d’un achat responsable, les publics de nos labels membres. Nous retrouvons tous les âges, et surtout nous voyons passer des noms de villes en France dont on ignorait complètement l’existence !  Nous y envoyons des vinyles, CD, tee-shirt, pour la partie physique, et du MP3 et FLAC pour la partie digitale. Comme quoi, le constat du problème de diffusion et de représentation de nos productions dans le pays n’était pas faux.

CD1D est-elle la seule possibilité pour les labels indépendants d’exister ?

CD1D est une possibilité mais surtout pas la seule. Nous n’avons aucun contrat d’exclusivité avec nos membres et nous leurs conseillons vivement d’explorer toutes les pistes, il n’y a pas de recette magique pour continuer à faire notre métier. Par contre pour renforcer notre discours politique, et pour continuer de construire notre propre écosystème dans ce monde 2.0, il est important de se regrouper. CD1D s’efforce d’être cette structure fédératrice et le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles) s’efforce d’être notre syndicat. C’est un syndicat de filière regroupant les salles, les producteurs, les radios, les festivals et les écoles.

Quelles sont les perspectives de développement des labels indépendants ?

Je pense que les pouvoirs publics doivent agir en soutenant la création d’un organisme public ayant une structure collective comprenant l’ensemble de l’écosystème, et une gouvernance partagée permettant de reconstruire un lien avec le public et d’innover. Cette structure doit avoir l’ambition de défendre l’intérêt général, la diversité culturelle et la liberté d’expression tout en étant un régulateur pour lutter contre les dérives que le marché impose dans notre pays, au niveau européen et au niveau international.

Si d’autre part, nous ne traitons pas très vite du problème que pose les rémunérations liées aux nouveaux usages (streaming), nous risquons d’assister encore à des phénomènes de concentrations détruisant nos structures réduites au rang de dégât collatéral imposé par le marché et ne favorisant pas le maintien de la diversité. Il y aura toujours de la musique en abondance mais de quelle musique parlons nous ? Nous ne pouvons pas écouter que la musique répondant à l’économie de l’attention.

Quelle est l’actualité de CD1D ?

Concernant le volet politique : nous travaillons très étroitement avec le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles) et la confédération FELIN (regroupement des fédérations régionales des labels indépendants) pour faire état de nos réalités et de nos besoins au Ministère de la Culture et de la communication. Nous avons récemment rédigé une note afin de proposer une véritable ambition pour les musiques actuelles et un renforcement des dynamiques indépendantes.
Nous avons également apporté notre contribution à la réflexion autour de la mission de Pierre Lescure sur l’acte II de l’exception culturelle à l’ère du numérique.

Concernant nos outils collectifs nous continuons de développer, et d’améliorer, notre plateforme nationale et les platesformes régionales en Paca, Aquitaine et Rhône-Alpes gérés par Phonopaca, la Feppia et la Feppra. Nous lançons à la fin du premier trimestre 2013 une expérimentation autour d’un projet de streaming équitable appelée 1dtouch. Nous allons en effet installer en Rhône-Alpes un dispositif tactile dans 2 médiathèques, 3 salles de concerts, 1 université, 1 lycée et 1 centre de formation afin d’expérimenter la création d’une contribution créative territoriale.

Dans cette expérience un abonné de la médiathèque de Lyon Part-Dieu pourra avoir accès à l’ensemble des créations des producteurs de Rhône-Alpes en streaming à la médiathèque, sur son smartphone, tablette, ordinateur, par exemple. Le lieu paye une contribution pour ce service, que nous reversons ensuite avec le plus haut taux possible à nos membres.
Une salle de musique comme le Fil à Saint-Étienne ou les Abattoirs à Bourgoin Jailleu, ou sera aussi installé le dispositif, la limite étant l’ensemble des créations des 2000 artistes, régionaux, ou nationaux que nous fédérons.
Nous allons mettre en place dans un premier temps quelques lieux afin d’étudier le projet, les usages et de continuer le développement d’1dtouch et dans un second temps plus d’une cinquantaine de lieux sur l’ensemble de la région seront équipés.

Nous devons impérativement trouver la clef pour construire un service de streaming équitable et pour cela nous focalisons sur la rémunération de nos labels et nos artistes afin qu’ils puissent continuer de créer.
Une SCIC (Sociétés coopératives d’intérêt collectif) est en cours de création et sera opérationnelle en 2013 afin de gérer cette contribution créative et le projet 1dtouch dans son ensemble.

-

Retrouvez CD1D sur offrelégale.fr

Accédez à CD1D, et au 1Dblog

Commentez !


× sept = 21