Actualités

« Tuneefy reste, et restera, un outil totalement gratuit, sans publicités, neutre ». Cyril Chapellier – Tuneefy

Nous avons interviewé Cyril Chapellier, fondateur de tuneefy.

Pouvez-vous présenter tuneefy en quelques mots ?

tuneefy est un service en ligne qui permet de partager facilement de la musique autour de soi — En deux clics, j’obtiens un lien court (exemple : http://tuneefy.com/t/acgn8) vers une chanson ou un album que je peux partager facilement à mes amis. D’un clic, ils peuvent écouter directement avec leur service de streaming favori !

tuneefy est en quelque sorte un chaînon manquant pour fluidifier les échanges musicaux sur le net.

Page d'accueil - Tuneefy

Pourquoi avoir lancé un agrégateur de musique ?

Tout part d’un besoin réel et personnel. Abonné à une offre de streaming en ligne et amateur de musique depuis longtemps, il m’a toujours manqué un outil simple et efficace pour “transformer” les liens de la plateforme à laquelle j’étais abonné vers les plateformes de mes amis, qui en utilisaient des différentes bien évidemment. C’était alors compliqué d’échanger des liens musicaux ! J’ai voulu résoudre ce problème.

Fin 2011, après quelques essais, je me suis rendu compte que ce que j’avais commencé à développer marchait bien et pouvait en réalité servir à d’autres personnes. J’ai donc demandé l’aide de mon ami graphiste et amateur de musique Thomas pour donner un aspect plus concret au site et j’ai lancé tuneefy en janvier 2012.

Comment avez-vous fait pour agréger le catalogue de différents sites ?

tuneefy agrège aujourd’hui 11 plateformes différentes du monde de la musique en ligne (la liste complète dans l’outil de recherche et les permaliens supportés sur le site ici). Toutes ces plateformes proposent aujourd’hui un accès en lecture à leur catalogue via des services dédiés (API) qui permettent d’interroger la plateforme et de récupérer les informations intéressantes sur les pistes, les albums, les artistes.

A priori, cela nous permet d’agréger les catalogues, mais c’est sans compter sur le fait que les métadonnées musicales sont souvent de qualité très variable sur les plateformes, et empêchent une correspondance facile entre les données issues des différentes API. Cela peut aller de fautes dans les noms d’artistes ou d’album, d’accents renseignés ou non (Sigur Ros vs. Sigur Rós), de versions très légèrement différentes ou d’ajout aux noms des pistes (“Fame (Radio Edit)” vs. “Fame (Version Originale Radio)”), etc …

Ce problème des métadonnées est un problème particulièrement actuel sur lequel j’ai du me pencher très sérieusement pour pouvoir fournir des résultats de qualité aux internautes. Le résultat aujourd’hui n’est pas 100% parfait mais très largement satisfaisant.

Tendance - Tuneefy

Les tendances de Tuneefy au 17 janvier

Quelles sont vos ambitions pour tuneefy ?

J’ai toujours imaginé et développé tuneefy dans le seul but de proposer un service utile et pertinent aux utilisateurs de plateformes de musique en ligne, comme moi.

Dans cette lignée, tuneefy reste, et restera, un outil totalement gratuit, sans publicités, neutre. C’est une volonté forte — je ne veux pas décevoir les personnes qui utilisent le service aujourd’hui et qui l’apprécient.

L’outil va continuer à évoluer, notamment avec l’adjonction d’un API (api.tuneefy.com) déjà en bonne voie. Il y a aussi toujours des corrections à apporter, des petits bugs à corriger, c’est la maintenance corrective usuelle d’un service de ce type.

Pour l’avenir, j’aimerais développer autant que faire se peut des partenariats avec des sites ayant besoin de partager ou de parler de musique (au sens large) pour leur permettre d’offrir à leurs internautes des liens plus utiles, plus pratiques. J’ai déjà quelques discussions en cours qui j’espère aboutiront prochainement.

Le lancement de tuneefy vous a-t-il valu des sollicitations professionnelles ?

Quelques unes en effet, ce qui est toujours très valorisant, mais ce n’était pas le but initial. J’utilise tuneefy tout d’abord comme un service (dont je suis le premier consommateur). Bien évidemment, je m’en sers également comme vitrine de mon travail en tant que développeur.

Commentez !


− 3 = deux