Actualités

« 70% de nos revenus sont reversés aux labels et artistes » Yann Thebault – Spotify

Nous nous sommes entretenus avec Yann Thebault, Directeur Général France et Europe de Sud de Spotify, une platefome de streaming musical titulaire du label « Offre légale Hadopi ».

Pouvez-vous nous raconter comment s’est crée Spotify ?

Spotify a été créé en 2006 par deux suédois, Martin Lorentzon et Daniel Ek, qui étaient animés par une vraie volonté, en pleine crise du disque, d’apporter une alternative durable au téléchargement illégal et de recréer de la valeur dans l’industrie musicale. L’idée était de trouver une solution qui soit adaptée aux nouveaux usages tout en rémunérant équitablement les ayants droit. Presque deux ans ont été nécessaires pour pouvoir convaincre les ayants droit et nous avons pu lancer le service en avril 2008.

Une fois le service lancé ça a été très vite, lorsque je suis arrivé chez Spotify en 2009 nous n’étions que 70 dans le monde et aujourd’hui nous sommes 750. En quatre ans, nous avons réussi à ouvrir dans 20 pays, nous avons aujourd’hui plus de 20 millions d’utilisateurs actifs dans le monde dont 5 millions d’abonnés payants et surtout, nous avons réussi à reverser 500 millions de dollars aux ayants droit et nous prévoyons de reverser 500 millions de dollars de plus en 2013 ! Le modèle a réussi à séduire les utilisateurs, chaque jour plus nombreux, mais aussi à prouver qu’il pouvait recréer de la croissance. En Suède en 2012, l’industrie musicale a observé une croissance de 14% de ses revenus avec 57% des revenus provenant du streaming.

Pourquoi avoir choisi le modèle du streaming et quelle est la perspective de ce mode de consommation ?

Internet a profondément transformé les usages en matière de musique, on s’est habitué à avoir tout le contenu possible et imaginable à sa disposition gratuitement. Il nous est apparu naturel de s’adapter à ces nouveaux usages en proposant une alternative légale qui  donne à l’utilisateur le choix soit d’écouter de la musique gratuitement en contrepartie de la publicité soit de payer pour un abonnement. On est passé d’un modèle de propriété à un modèle de location.

Je pense que la majorité de la consommation ne sera plus concentrée sur la possession de la musique mais sur l’accès à la musique avec une forte attente d’un contenu illimité. De la même manière, il y aura toujours des gens qui auront besoin de posséder leur musique préférée comme aujourd’hui il y a toujours des inconditionnels du vinyle.

Comment Spotify accompagne le consommateur vers le contenu de son choix parmi un catalogue de plus de 20 millions de titres ?

Nous avons toujours été fiers d’offrir la possibilité de pouvoir écouter toute la musique qu’on veut, quand on veut et où on veut.  Cependant il manquait vraiment une dimension découverte de la musique personnalisée et humaine et nos utilisateurs nous réclamaient de meilleurs moyens de découvrir de la musique.

Nous avons donc annoncé en décembre dernier de nouvelles fonctionnalités de découverte musicale qui seront déployées très prochainement.

Nous proposons aujourd’hui une nouvelle expérience de la musique et de la découverte personnalisée, parce que nous avons tous notre propre manière de découvrir la musique. Certains préfèrent lire des critiques, écouter leur radio préférée ou font confiance à ce que partagent leurs amis avec eux. D’autres préfèrent découvrir de la musique en live en allant à beaucoup de concerts, font de supers playlists ou font confiance aux tendances du moment.

Ces différents moyens sont tous réunis dans la nouvelle expérience de découverte Spotify.

On a mis en place un nouvel onglet « découverte » qui combine les meilleurs outils technologiques et sociaux, qui cherche et propose continuellement des recommandations personnalisées en fonction de notre historique d’écoute, des amis ou célébrités auquel on est abonnés, des artistes desquels on est fans.

Le nouvel onglet « s’abonner » permet également de suivre en temps réel ce qu’écoutent nos amis mais aussi nos artistes et personnalités préférées comme les C2C, Oxmo Puccino, Mouloud Achour ou encore Emma de Caunes qui ont tous créé leur profil et leurs playlists sur Spotify.

Vous soulevez de nombreuses questions concernant la rémunération des artistes, souhaitez-vous apporter des éléments de réponse ?

Nous sommes aujourd’hui la deuxième source de revenus dans la musique digitale en Europe pour les labels de l’Europe selon l’IFPI. Nous avons versé 500 millions de dollars aux artistes depuis la création et nous prévoyons de reverser 500 millions de dollars de plus en 2013. Plus nous grossissons, plus nous versons d’argent aux ayants droit. 70% de nos revenus sont reversés aux labels et artistes. Ce que prouve ce chiffre est que si la musique d’un artiste est populaire et très écoutée sur Spotify, il peut vraiment gagner de l’argent.

Mais ce que nous proposons aujourd’hui aux artistes va plus loin que l’aspect financier. Avec le nouveau service centré sur les artistes et la découverte, nous permettons aux artistes de se rapprocher de leurs fans grâce aux notifications à la sortie de leur nouvel album. Egalement, lorsqu’un artiste est en tournée, l’intégration avec Songkick permet aux utilisateurs de savoir que l’artiste vient jouer dans leur ville. En utilisant leurs profils, les artistes gardent leurs fans engagés au quotidien en dehors des cycles de promotions.

Certains artistes ne souhaitent pas être présents sur des plateformes de streaming. Comment les convaincre ?

Tout ce qui est nouveau suscite des interrogations et de l’inquiétude. Spotify comme les autres sites d’écoute de musique en streaming légal est un modèle encore récent et en pleine croissance, dont les contours sont toujours en train de se définir. Nous comprenons cette attitude, mais rien n’est figé et nous espérons avec le temps que ces artistes changent d’avis et soient désormais disponibles sur Spotify. On voit d’ailleurs  que certains artistes comme Bob Dylan, les Red Hot Chili Peppers, Adèle, qui refusaient d’être présents sur le site il y a 1 an, y sont aujourd’hui.

L’engagement de Metallica auprès de Spotify est pour nous une vraie preuve de confiance.

Cependant quel que soit l’artiste, nous respectons nos valeurs et l’équité entre chaque artiste présent sur notre plateforme. Ainsi chaque artiste doit accepter d’être à la fois disponible pour les utilisateurs gratuits et les utilisateurs payants.

Quelle est votre actualité ?

On a plein de nouvelles choses qui vont arriver, 2013 va être chargé. Ce que je peux déjà vous dire c’est que les nouvelles fonctionnalités sociale et de découverte sont en train d’être déployées ainsi qu’un tout nouveau player accessible depuis son navigateur pour compléter l’application !

-

Retrouver Spotify sur offrelégale.fr

Accéder à Spotify

Categories: Interview

Commentez !


− 2 = deux