Actualités

« Nous proposons une alternative au piratage, pour partie lié à l’indisponibilité des programmes » Guillaume Lacroix – Orange

Nous nous sommes entretenus lors d’une interview croisée avec Guillaume Lacroix, Directeur des Partenariats à la Direction des Contenus d’Orange et Guillaume Jouhet, Directeur Général d’OCS (anciennement Orange Cinéma Séries), un bouquet de 5 chaines thématiques proposant également l’intégralité de ses programmes à la demande.

Guillaume Jouhet (à gauche) et Guillaume Lacroix (à droite)

Pouvez-vous nous présenter OCS  ? 

Guillaume Jouhet (GJ) : OCS est un bouquet de 5 chaînes thématiques, dédié au cinéma et aux séries lancé par Orange il y a presque 5 ans : OCS max, la chaîne grand spectacle, OCS happy, la chaîne pour toute la famille, OCS choc, la chaîne 100% adrénaline, OCS novo, la chaîne du cinéma indépendant et des séries audacieuses et OCS géants, la chaîne des films de légende.

OCS propose une programmation riche et originale avec une sélection de grands films en première exclusivité et de séries inédites.

J’ajouterai que l’innovation d’OCS est dans son ADN puisque tous nos programmes sont proposés en télévision de rattrapage pendant 30 jours et sur tous les écrans (PC, smartphones, tablettes, Xbox).

Guillaume Lacroix (GL) : 2012 aura été une année décisive pour OCS avec la conclusion d’un accord de partenariat avec le Groupe Canal et l’élargissement de notre distribution. Notre bouquet de chaînes est désormais disponible, en plus de la TV d’Orange (PC, smartphones, tablettes…), sur CanalSat, SFR, Tahiti NUI Satellite, Parabole Maurice et Parabole Réunion. Il devrait être prochainement commercialisé chez d’autres opérateurs.

 

Quels types de programmes sont diffusés sur les chaînes d’OCS ?

GJ : Nous avons une politique d’investissement diversifiée dans le cinéma français (Amitiés sincères, Adieu Berthe, Le plan parfait, Renoir) et développons avec le label OCS Signature des fictions françaises originales et inédites (QI, ZAK, Lazy company, In America (en tournage), etc).

Notre volonté est d’atteindre trois objectifs : des sujets originaux, une liberté créative et une exigence artistique.

Nous proposons également des films de studios américains (Skyfall, The Dark Knight Rises, Avengers) et les séries incontournables telles que Glee, The Walking Dead, Breaking Bad, Magic City, Boss mais aussi l’intégralité des séries HBO en 1ère exclusivité (Game of Thrones dès le 1er avril, Boardwalk empire, True Blood,…).

 

Vous diffusez des programmes de la chaîne HBO, l’ambition d’OCS est-elle justement de devenir une chaîne majeure comme HBO ?

GL : Le marché français ne peut être comparé au marché américain, OCS partage avec HBO une ligne éditoriale exigeante sur le cinéma et les séries. C’est d’ailleurs pour cela que les séries de HBO que nous proposons en première exclusivité trouvent naturellement leur place sur OCS. Notre ambition est évidemment de créer, en élargissant la distribution du bouquet, un service indispensable pour tous les fans de cette thématique.

En outre, OCS est en France comme HBO aux Etats-Unis, le pionnier du développement des nouveaux usages (services à la demande, offre pour tous les écrans, application nomade).

 GJ : Nos chaînes ont en effet toutes une identité forte et une ligne éditoriale différente.

Nous avons le souci de proposer des programmes européens et français inédits car nous sommes activement engagés pour soutenir la création française et proposer à notre public une création diversifiée comme à venir le film Spivet de Jean Pierre Jeunet (sortie octobre 2013) ou Belle et Sébastien de Nicolas Vannier (sortie décembre 2013).

 

Votre offre US+24 est-elle une réponse à la consommation illégale de séries sur Internet ?

GL : Cette offre qui existe depuis plus d’un an vise à proposer en VOST (Version originale sous titrée) les meilleures séries US 24 heures après leur diffusion américaine. Pour nos clients fans de séries, US+24 est avant tout un service qui leur permet de profiter de leurs programmes préférés dès qu’ils sont disponibles, dans les meilleures conditions de confort et sur tous leurs écrans, sans aucun coût supplémentaire.

Avec US+ 24 nous proposons en effet une alternative très attractive au piratage, qui est pour partie lié à l’indisponibilité des programmes que les spectateurs attendent sur une offre légale.

GJ : dès le 1er avril, les fans peuvent ainsi regarder la saison 3 inédite de Game of Thrones !

Avez-vous d’autres projets qui vont dans le sens du développement de l’offre légale ?

GL : Evidemment ! Orange est l’un des précurseurs du développement des offres de vidéo à la demande sous toutes leurs formes.

Nous avons ainsi été les premiers en France à proposer une offre de VoD sur PC et IPTV (2003 et 2004) et à proposer de la télévision de rattrapage (2007). Mais nous proposons aussi des fonctionnalités innovantes qui facilitent l’accès du public aux contenus légaux comme le contrôle du direct pour stopper et relancer un programme en cours et l’expérience de la TV en multi-écrans en connectant tous les écrans du foyer au wifi de la Livebox.

GJ : En particulier, OCS est disponible pour les abonnés de la TV d’Orange sur des applications mobiles avec un accès online aux programmes téléchargés depuis la Livebox sur la tablette ou le mobile. Nous veillons à proposer des programmes en version multilingue et en HD. Ainsi sur chaque chaîne du bouquet OCS, tous nos programmes étrangers sont disponibles en version française mais également en version originale sous-titrée.

 

Comment évoluera, selon vous, le marché de la VOD et plus spécifiquement le marché de la SVOD dans les prochains mois ?

GL : Orange édite son propre service de VoD et s’est donné comme objectif de donner accès à toute la diversité du cinema en proposant  l’intégralité des films sortis en salle.  Pour la SVOD, Orange distribue de nombreux services portés par différentes sensibilités éditoriales, émanant de grands groupes audiovisuels comme d’indépendants du cinéma français.

Nous sommes très attentifs à l’évolution de ces marchés et notons une forte appétence des clients pour la consommation à la demande sur nos services puisqu’en moins de 2 ans, le nombre de leurs utilisateurs a plus que doublé.

Pour que le marché de la VoD continue à se développer, il est crucial que ces services payants soient plus attractifs que la consommation illégale qui a l’apparence de la gratuité. Cela concerne d’abord la disponibilité des œuvres, par l’encadrement des suspensions de droits qui rendent les offres incompréhensibles pour le client. Cela concerne ensuite l’amélioration de l’ergonomie des services à laquelle Orange apporte beaucoup d’attention (le lancement de notre dernier décodeur « Livebox Play » s’inscrit dans cette démarche).

Cela vise enfin des dérogations à la chronologie des médias pour que les petits films qui ne restent qu’une ou deux semaines à l’affiche dans une poignée de salles soient accessibles en VoD plus rapidement, ce qui aura pour effet de donner toutes leurs chances à ces films et de renforcer dans le même temps l’adhésion du public aux services de VOD.

Dans un Internet qui ne connaît pas de frontières, nous sommes très attentifs à l’harmonisation des conditions d’exploitation des services de VoD, de façon à ce que tous les éditeurs qui proposent leurs services aux clients en France soient soumis aux mêmes règles (fiscales, réglementaires, de financement de la création, …), où qu’ils soient installés. Il s’agit là d’un enjeu essentiel pour conserver des acteurs français à tous les niveaux de la chaîne.

Commentez !


six × 5 =