Actualités

NoMadMusic : fédérer une communauté autour de la musique

Hannelore Guittet et Clothilde Chalot, fondatrices de NoMadMusic, nouvelle plateforme musicale innovante,  ont répondu à nos questions.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la musique augmentée et l’origine du projet ?

Hannelore Guittet : L’idée de « musique augmentée » se traduit par l’enrichissement de l’expérience musicale, via les outils numériques multimédias. 
Expérimenter la musique ne se limite pas à l’écoute de supports audio : on peut partager et découvrir la musique à travers des contenus vidéo, des images, des animations, des podcasts, des témoignages écrits, etc. L’approche est ainsi plus interactive, on peut partager facilement les contenus sur les réseaux sociaux. Le numérique offre cette valeur ajoutée, cette opportunité de rendre plus accessibles certains répertoires réputés difficiles, comme le jazz et le classique par exemple.

NoMadMusic a été créé pour fédérer une communauté autour de la musique, grâce à une plateforme accessible sur tous supports, en phase avec son époque.

Quelle est la cible de NoMadMusic ?

Hannelore Guittet : Tout le monde écoute de la musique ! Nous pensons donc sincèrement que NoMadMusic s’adresse à beaucoup de gens : aux passionnés, mais aussi aux simples curieux. Le label proposera de la musique du monde, du jazz, et du classique. Par contre, sur le webzine, on élargira à d’autres répertoires comme la chanson, le rock, l’électro, etc. pour favoriser le décloisonnement des styles et des publics. La cible se veut donc très large ; nous ne souhaitons pas nous adresser qu’à des spécialistes.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux autres services de musique ?

Hannelore Guittet : Nous sommes une plateforme numérique. Ce message est exprimé clairement dans la vidéo destinée à présenter notre projet sur KissKissBankBank.

Nous souhaitons bousculer les codes, car les labels physiques ont trop tardé à s’emparer du numérique, notamment en musique classique. En outre, dans les services de musique en ligne, la tendance actuelle est de proposer des offres illimitées, avec les plateformes de streaming.

On parle d’ailleurs depuis peu de « shuffle generation », pour évoquer cette possibilité offerte aux internautes de zapper d’un répertoire à l’autre très rapidement. On a ainsi accès à tout, mais sans distinction de qualité, sans prescription aucune pour aiguiller nos choix. Il faut se réjouir de cette curiosité a priori accrue ; mais sans dimension qualitative, on s’y perd. Soit on sait exactement ce qu’on cherche, soit on zappe dans une espèce de grand supermarché. C’est très impersonnel.

NoMadMusic veut mettre l’accent sur une labellisation artistique et éditoriale, en proposant une sélection d’albums et un magazine de qualité. Ce n’est pas uniquement un label, c’est une plateforme de partage et de découverte de musiques, qui se propose d’aborder la musique sous toutes ses facettes multimédias.

Pourquoi avoir choisi la forme de l’association ?

Clothilde Chalot : La forme associative est celle qui correspond le mieux à la philosophie de NoMadMusic, sur les plans artistique et économique. Les entreprises de labels indépendants sont nées pour favoriser la création, aider à l’émergence de jeunes artistes. C’est aussi ce que nous voulons faire. Mais, crise du disque oblige, le modèle économique des labels physiques n’est plus viable. Il fallait donc réfléchir à d’autres business plans. Ensuite, la dimension participative est au cœur de notre démarche : nous avons mûri le projet à deux, puis six personnes aux profils différents et complémentaires ont intégré le bureau de l’association. Entre les musiciens, les membres du comité éditorial et ceux du comité artistique, nous sommes maintenant une soixantaine à participer activement à la réussite du projet. En choisissant la forme associative, nous nous inscrivons résolument du côté de l’économie sociale et solidaire. Fort de toutes ses compétences, NoMadMusic veut élaborer des contenus de qualité (albums, articles) et les rendre accessibles au plus grand nombre dans une démarche de proximité, qui n’est pas toujours celle de l’univers des musiques dites « savantes » … Le modèle associatif nous permet de solliciter des mécènes et partenaires publics, intéressés par la dimension pédagogique de certains de nos projets et par notre désir de mettre en valeur les territoires – comme le département de Seine-Saint-Denis, où nous sommes implantés (Pantin) et dont une partie est inscrite dans le cluster du numérique -, ce qui n’empêche pas la collaboration avec des partenaires privés, bien au contraire ! Nous sommes particulièrement fières du soutien que nous apportent Yamaha et Bösendorfer. Nous espérons que ces prestigieux premiers partenariats seront suivis par beaucoup d’autres !

Vous effectuez en ce moment une campagne sur un site de crowdfunding. Pourquoi avoir choisi ce mode de financement ?
Clothilde Chalot : Le financement participatif via les sites de crowdfunding est un moyen d’impliquer les internautes, ce qui rejoint la dimension collaborative du projet : NoMadMusic devient LEUR projet. D’ailleurs, selon la somme versée, chaque donneur se voit attribuer une contrepartie. Cela va du premier album que sortira le label, à l’organisation d’un concert privé à domicile ou en entreprise. Pour le lancement d’un tel projet, la communication est primordiale et les plateformes de crowdfunding sont un relais supplémentaire. Pour cette campagne, nous avons produit une vidéo visible sur YouTube, et l’ajouter sur la plateforme de crowdfunding, Kisskissbankbank, nous permet davantage de visibilité.

Mais le défi reste entier jusqu’au dernier euro demandé, car le système auquel nous avons souscrit répond à la règle du « tout ou rien »… Si nous n’obtenons pas la somme totale, nous n’aurons rien !

Quand aura lieu la mise en ligne du site, et comment pourra-t-on accéder à NoMadMusic ?

Clothilde Chalot : La page d’accueil du site est active depuis le 1er décembre 2013 sur www.nomadmusic.fr. Elle réserve de belles surprises puisque nous avons réuni les artistes du label, et des artistes partenaires, en un calendrier de l’Avent musical : à chaque jour sa case et son morceau de musique en libre écoute, spécialement dédicacé par les artistes. Nous souhaitions créer un événement festif pour Noël, et les artistes nous ont suivies !

La sortie officielle du site est prévue le 7 janvier 2014 avec la parution du premier édito. Nous publierons ensuite un nouvel élément chaque semaine : interview, focus sur un sujet spécifique, dossier, carnet de voyage musical, etc. Pour ce qui est du label, nous nous en sommes tenues – pour la première année – à une sortie par mois (deux exceptionnellement), de manière à être disponibles pour accompagner chacun des projets.

Le premier album sera accessible la dernière semaine de janvier. Nous enregistrons Jean-Jacques et Alexandre Kantorow dans un programme de «sonates françaises» pour violon et piano : la 1ère sonate pour violon & piano op. 13. de Gabriel Fauré, et deux sonates inédites à l’enregistrement : la 1ère sonate pour violon & piano op.12 d’André Gedalge et la sonate pour violon & piano op.8 de Camille Chevillard.
Ce passage de flambeau entre un père et son fils est un beau symbole, et nous sommes bien évidemment honorées qu’après une belle carrière jalonnée par la sortie de plus de 150 disques chez les plus gros labels, Jean-Jacques s’engage à nos côtés dans une nouvelle aventure numérique !

Vous pouvez soutenir NomadMusic sur Kisskissbankbank.

1 commentaire

  • LMC dit :

    Bonjour,

    Je pense que ce genre de plateforme peut vraiment être une chose positive pour rassembler les amoureux de la musique !
    Je suis ravie d’en savoir un peu plus grace à votre article !

Commentez !


4 − = null