Actualités

« Notre plus grand concurrent, c’est le gratuit ! » – Interview de Nicolas d’Hueppe, CEO de Hitster

L’application Hitster propose un service de streaming (écoute sans téléchargement) à 1,99 euro par mois sur tablette ou smartphone, et vient compléter les offres de streaming existantes comme Deezer ou Spotify. Commercialisé par l’éditeur de contenus numériques Cellfish Média, le service offre à ses clients une sélection mensuelle de 100 tubes d’hier et d’aujourd’hui provenant des catalogues des majors (Universal, Sony et Warner), à écouter en illimité.

Nicolas d’Hueppe, Président du directoire de Cellfish Europe nous a accordé une interview afin de nous donner plus de détails sur l’application Hitster.

Pouvez-vous présenter Hitster en quelques mots ?
Hitster est une application de streaming musical sur smartphone et tablette qui propose un service de 100 tubes variés, d’hier et d’aujourd’hui renouvelés chaque semaine. Pour améliorer l’expérience des consommateurs, nous avons prévu 3 options complémentaires, chacune à 0,99€ qui permettent au choix d’écouter les tubes en mode hors connexion, d’écouter un album entier pendant un mois, ou de créer sa propre compilation. Nous avons négocié avec les ayants droit le droit de vendre 100 titres sélectionnés dans leur catalogue.

Nous ne souhaitons pas concurrencer les services de streaming déjà en place car nous sommes complémentaires. Notre plus grand concurrent, c’est le gratuit !

Pourquoi Cellfish s’est-il lancé dans la musique en ligne ?
Depuis 10 ans, nous éditons des contenus et gravitons autour de la musique : sonneries, vidéos, etc. Le streaming musical nous est très vite apparu comme une porte d’entrée sur le marché de la musique en ligne. Certes, des acteurs puissants sont déjà présents sur ce secteur, mais leurs offres à 9,99€ par mois s’adressent à des gens qui aiment beaucoup la musique et en écoutent régulièrement. Or, selon des études que nous avons menées, des gens aimeraient découvrir de la musique sur leur smartphone sans pour autant débourser 9,99€ par mois. C’est ce que nous proposons avec l’application Hitster.

Peut-on qualifier votre offre de « low cost » et comment vous positionnez-vous par rapport à des plateformes comme Deezer ou Spotify ?
Je trouve le terme low cost péjoratif et passé de mode. Quand on parle de low cost on pense économies de personnel, baisse de qualité des services proposés. Hitster ce n’est pas ça. Nous préférons parler de culture du consommer juste. Prenons l’exemple de la voiture : l’usage est le même pour tout le monde mais on a différents prix et rien n’empêche d’avoir de la qualité et un certain confort même en entrée de gamme. Avec Hitster on paie l’essentiel et ce qu’on a envie. Nous partons du constat que la plupart des personnes écoutent moins de 13 artistes et de 25 titres par mois, pour au final écouter 200 chansons soit 2h30 de musique par semaine, alors pourquoi payer des milliers de titres quand on écoute peu de musique et qu’on se retrouve avec des fonctionnalités complexes ? Nous ne souhaitons pas concurrencer les services de streaming déjà en place car nous sommes complémentaires. Notre plus grand concurrent, c’est le gratuit !

Quel public ciblez-vous ?
Nous souhaitons nous adresser à tous les fans des tubes d’hier et d’aujourd’hui, c’est à dire ceux qui achetaient auparavant des singles, des compilations. Toute une partie de la population qui est en attente d’une solution plus simple, facile d’accès, à un prix accessible et qui n’a pas un usage quotidien de la musique. Nous n’entamons pas une croisade contre le téléchargement illégal mais espérons qu’Hitster saura convaincre ceux qui téléchargent illégalement occasionnellement.

Comment et par qui se fait la sélection des albums/artistes ?
La sélection des titres Hitster se fait selon 3 méthodes différentes et complémentaires que sont l’analyse des statistiques de consommation, l’analyse du marché et une sélection faite par nos équipes. Nous avons remarqué que même si le choix des musiques est important et dépasse le million de titres, les clients écoutent souvent les mêmes musiques. Le mois dernier, un des titres les plus écoutés était une chanson de France Gall, nous ferons donc en sorte d’avoir d’autres morceaux de cet artiste le mois prochain.

Quelles sont vos perspectives de croissance ?
Tout d’abord, nous allons lancer une nouvelle version de l’application Hitster, qui permettra par exemple aux abonnés d’envoyer des titres en dédicace à leurs amis. Ensuite nous sommes en négociation avec des opérateurs télécoms soucieux d’intégrer des offres musicales qui ne coûtent pas plus cher que leurs abonnements. Hitster continuera de se présenter comme un service qui s’adresse au plus grand nombre.

A découvrir sur : www.hitster.co

Diplômé d’HEC Lausanne et de l’Université Paris Dauphine, Nicolas d’Hueppe lance et pilote de 1998 à 2000 le premier site de réservation en ligne du Groupe Accor, accorhotels.com, avant de rejoindre l’équipe de développement commercial de Lagardère Active Broadband dans le cadre du lancement des activités sur le mobile, notamment avec Plurimedia. En 2004, il prend la direction Marketing, puis devient en 2006 directeur général de Cellfish France. Il est aujourd’hui Président du directoire de Cellfish Europe basé à Paris.

Commentez !


4 − un =